perfectionniste

Comment arrêter d’être perfectionniste ? (défi 15/30)

Pour beaucoup, le perfectionnisme est un défaut qui a un goût de qualité. On aime bien le mettre en avant lors d’un entretien d’embauche lorsqu’on nous demande nos défauts.

Et pourtant, le perfectionnisme est bien un défaut. Le terme suppose qu’il s’agit d’avoir de la rigueur, mais avec un côté extrême. Et comme souvent, les extrêmes ne sont pas bons. Perfectionnisme est donc synonyme de faible productivité par exemple…

Faisons le point ensemble sur ce qu’est le perfectionnisme et pourquoi beaucoup de personnes qui manquent de confiance en elles en sont les victimes.

Perfectionnisme et manque de confiance en soi

Perfectionnisme

Par définition, quelqu’un est perfectionniste car il attache une importance primordiale à faire les choses de façon parfaite, sans laisser la moindre chance à une erreur qui montrerait alors qu’il peut être défaillant parfois. La perfection n’existant pas, il faut une dose de travail extrêmement forte pour tenter de s’en approcher au maximum, sans jamais l’atteindre malheureusement. Le perfectionniste a peur d’être (mal) jugé par les autres. Cela le bloque donc, en passant plus de temps que nécessaire sur une tâche.

Confiance en soi

Par définition, quelqu’un qui n’a pas confiance en lui, ne va pas avoir confiance dans les actions qu’il entreprend, que ce soit dans la sphère privée ou professionnelle. Il va souvent se comparer aux autres et se trouver moins bien. Il va donc souvent être bloqué quand il faut entreprendre des actions, car cela est coûteux en efforts pour lui, sachant que le résultat ne sera certainement pas à la hauteur.

Vous ne trouvez pas qu’il y a comme des points communs très forts entre les deux situations ?

En effet, face à une action qu’elles doivent entreprendre, les personnes qui manquent de confiance en elles ont deux types de réactions :

  • le blocage : elles ne peuvent pas agir, par peur de mal faire.
  • le perfectionnisme : elles agissent en recherchant la perfection, par peur de mal faire.

Le perfectionnisme et le manque de confiance en soi sont donc liés.

Voyons ensemble comment limiter au maximum ce côté perfectionniste si vous l’êtes.

Apprivoisez vos émotions

Si vous êtes perfectionniste, c’est très certainement que vous manquez de confiance en vous et que vous avez peur du jugement des autres. Cela vous rend anxieux, et vous perdez d’ailleurs parfois vos moyens.

Afin de sortir de cette mauvaise habitude, prenez le temps de vous poser les bonnes questions :

  • pourquoi suis-je anxieux ?
  • quelle est la pire chose qui puisse arriver si je n’atteins pas la perfection ?
  • puis-je atteindre la perfection ?
  • qui ai-je peur de décevoir ?

En vous posant ces questions, ainsi que d’autres qui vous appartiennent, vous prendrez conscience de ce que vous ressentez, au lieu de laisser cela en second plan comme d’habitude.

Cette prise de conscience est une étape vraiment importante, car c’est avec elle que vous commencerez à ressentir plus précisément vos émotions, et ce qu’elles cherchent à vous dire.

Ne luttez plus contre vous, mais lâchez prise et écoutez-vous !

En complément, cet article vous aidera à arrêter de vous comparer aux autres (le lien s’ouvrira dans un autre onglet).

Utilisez la loi de Parkinson

“La loi de Parkinson pose que tout travail au sein d’une administration augmente jusqu’à occuper entièrement le temps qui lui est affecté.”

Par exemple, si j’ai toute la journée pour écrire cet article, il y a de grandes chances que je mette toute la journée, en recherchant à gauche à droite les façons de l’améliorer.

Mon article en sera-t-il vraiment meilleur que si je me donne un temps plus raisonnable pour faire les recherches nécessaires, rédiger l’article et le mettre en page ?

En partant de ce principe, je peux me donner 2 heures pour la rédaction de mon article. Je mets une alarme au bout d’1h45 pour être sûr de ne pas manquer de temps pour finir la mise en page et que l’apparence ne soit tout de même pas brouillon, j’ai quand même envie de bien ça faire !

Parfois, nous sommes forcés de faire les choses dans l’urgence. Dans ces cas-là, on ne perd pas de temps sur les fioritures, on va directement à l’essentiel. N’est-ce pas là ce qu’on nous demande finalement, au travail ou à la maison.

Si vous dépoussiérez votre intérieur et que vous voulez que ce soit parfait par exemple, bon courage. A peine aurez-vous fini, que la poussière aura déjà commencé à se redéposer. Même en nettoyant toute la journée, tous les jours, il est impossible d’éradiquer complètement la poussière. C’est IMPOSSIBLE : imprimez-le dans votre cerveau.

En partant de ce constat, à vous de décider ce qui est acceptable sur la fréquence du passage du plumeau :

  • 1 fois par jour ?
  • 1 fois par semaine ?
  • 1 fois par mois ?
  • 1 fois par an ?

Il n’y a pas de bonne réponse, mais les extrêmes sont rarement recommandés…

Lorsque vous faites une tâche sur laquelle vous vous rendez compte que vous passez beaucoup de temps, prenez 5 minutes pour vous demander ce qui serait suffisant et acceptable pour rendre votre travail. Faites-en moins que d’habitude.

Faites le test, et au pire des cas, si vous avez des reproches car votre travail n’est pas complet, vous le finirez comme d’habitude. Mais je doute très très fort que cela se produise.

Au contraire, cela vous prouvera que vous pouvez en faire moins et que votre travail sera tout autant apprécié. L’essentiel sera là.

 

Si vous avez aimé l'article, partagez-le svp :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    12
    Partages
  • 12
  •  

1 commentaire sur “Comment arrêter d’être perfectionniste ? (défi 15/30)

  1. Bonjour Mathieu,
    Merci pour le conseil de la fin. La tendance à en faire un peu trop est… présente de mon côté :). Mais bon, il y a aussi la différence entre le perfectionnisme et le fait de se donner à fond dans ce que l’on fait, n’est-ce pas? Pas facile de toujours trouver le juste milieu.

    Au plaisir,

    Serena

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *